Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

What happens in elevators should stay in elevators.

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Sarah Taylor

avatar
    (( admin ))
    death is peaceful, easy. life's harder

    What happens in elevators should stay in elevators.

    Sears Tower, 19h22, l'heure du rush des sorties de bureau. Sarah ajusta son écharpe blanc crème, et ôta les quelques peluches qui étaient accrochées à son trench en tweed. Une véritable malédiction, cette écharpe. Plantée au milieu d'un petit groupe de personnes en costume/cravate qui avaient tous les yeux rivés sur l'écran indiquant à quel étage se situait l'ascenseur, elle avait l'impression d'être entourée de robots programmés à la seconde. Certes, de l'extérieur, rien le la distinguait de ce flux de moutons humains.

    Les portes s'ouvrirent enfin. Le groupe s'engouffra alors tête baissée dans l'habitacle aux dimensions démentielles, qui était pourtant déjà bondé par une compagnie d'hommes uniformément vêtus mêlés à leurs congénères du sexe féminin en tailleur et chaussures de créateurs. La jeune femme s'engagea à son tour, puis préféra se rétracter. Elle n'aimait pas se retrouver à proximité d'autant de personnes dont le quotidien consiste à refouler humiliations et frustrations du matin au soir. Elle se retrouva donc presque seule sur le palier alors que les portes se refermaient devant elle.

    Tout était calme et vide, comme le quai d'une gare où personne ne veut descendre après le passage d'un métro à l'heure de pointe. La jeune femme se dirigea alors vers un deuxième ascenseur qui était encore dix étages au dessus. Lorsque celui ci arriva enfin, elle pénétra à l'intérieur et remarqua avec un certain étonnement qu'il était presque vide. Elle appuya sur le bouton "Rez-de-chaussée" puis souffla. Elle n'aimait pas vraiment les ascenseurs et prenait les escaliers autant qu'elle le pouvait. En effet, il y avait statistiquement une chance non négligeable pour qu'elle tombe sur un claustrophobe ce qui, ajouté à sa propre phobie de l'enfermement, ne pouvait que la mettre dans une situation désagréable. Cependant, elle n'avait guère le temps de se taper plus de 90 étages à pieds.

    Sarah se plaça dos à la glace, et jeta quelques regards furtifs autour d'elle. Ils étaient quatre dans la cabine, dont une quinquagénaire trop parfumée et affublée d'un immonde haut en velours léopard comme on en fait plus depuis bien dix ans qui la regardait d'un air suspect. La jeune femme lui lança un sourire crispé, et la vieille détourna le regard en grognant. La descente s'annonçait fort sympathique.


_________________

    Sarah T.
    One flight down
    There's a song on low
    And your mind just picked up on the sound
    Now you know you're wrong
    Because it drifts like smoke
    And it's been there playing all along
    Now you know
    Now you know.

Voir le profil de l'utilisateur http://breaking-free.forumactif.org/breaking-free-has-one-too-f4

Emerson G. Wallen

avatar
    (( admin ))
    death is peaceful, easy. life's harder

La plupart du temps, Emerson se levait à cette heure ci. Il prenait son service à 20h30, et il se devait être irréprochablement bien présenté. D'un style plutôt cool, mais il lui fallait être propre, bien habillé, et souriant. Et ce n'est pas en se levant cinq minute avant qu'il serait osuriant ou propre! C'est pour sa que chaque jour, il se levait une heure et demi avant, prenait une bonne douche, et appeler une fille qu'il avait eut le numéro la veille. Le demi dieu n'avait jamais été amoureux, il n'avait que des relation d'un soir, sans jamais avoir trouver - ou chercher- LA fille.

Mais aujourd'hui, Emerson n'irait pas au travail, pour la simple et bonne raison qu'il était en congé. C'est donc vêtit d'un short et d'un débardeur bleue ciel que le jeune homme se rendit en tong dans le plus haut bâtiment du monde. Sa destination était simple, le 103ème étage, celui où les touristes pouvait admirer le lac Michigan ou même la colline Illinoise, à perte de vue. Accôté à la paroi du fond, un pieds sur celle ci, il écouter la musique de son baladeur Ipod, se moquant intérieurement des personnes présentes dans la cabine avec lui.


** Eh bien.. Costard, cravatte, impeccablement bien coiffée.C'est pire que l'armée ici..Par contre cette fille là..avec son tailleur.....**


Grand sourire charmeur. La jeune brune aux yeux vert venait de le regardait. Leur jeu de sécuction dura une cinquantaine d'étage, avant que la jeune fille ne sorte de l'ascenceur. Emerson rentra la main dans la poche de son short, y camouflant le numéro de cette belle jeune fille, posant sa tête contre la paroi, il attendit que les étages défile, sans faire attention aux numéros qui défilé sur l'écran apposé au dessus des portes métalique. Puis il soupira, un bien grand étage, mais qu'est ce que c'est lent! Une vieille femme le regarda alors assez mal, et le sourire que lui fit le demi dieu fut bien différent de celui que la jeune brune avait eut droit tout à l'heure.


**Mon dieu...Je savais pas qu'il était encore possible de ressembler à sa! **

Voir le profil de l'utilisateur http://moydestiny.olympe-network.com/

Leia Wellmond

avatar
    (( admin ))
    death is peaceful, easy. life's harder

    * Leïa, quand à elle, était également à la fin de sa journée. A vrai dire, elle n'était pas mécontente que la journée se termine. Si elle n'avait pas su la date; autrement dit le 20 décembre; elle aurait parié pour un vendredi treize. Lorsqu'elle s'était levée le matin, son mari était déjà parti, comme tous les autres matins. Elle s'était vêtue d'une robe qui lui tombait au niveau des genoux avec des collants assez épais pour ne pas avoir trop froid vu le temps dehors; elle s'était aussi munies de bottes et d'un gilet assez chaud, assorti avec le reste. Leïa pensait que la journée se déroulerait plutôt normalement, mais lorsqu'elle sorti pour prendre le métro... Il se trouva qu'ils avaient du retard... Genre une heure de retard. Si bien qu'elle arriva très très en retard au lycée. Là bas, lors du deuxième cours : interrogation surprise en maths; devoir raté en biologie... Bref pas un très bon bilan. Après les cours, elle devait passer chercher un paquet dans la Sears Tower au quatre-vingt-cinquième étage. Sa veine encore cette histoire ! Elle était complètement claustrophobe.

    Alors qu'elle entrait dans la tour, son ventre se serra en montant dans l'ascenseur. Elle pria silencieusement tous les dieux indiens qu'elle connaissait afin d'arriver plus vite en haut. Arrivée, elle descendit avec un soupir de soulagement et tenta de trouver le bon bureau. N'ayant pas un magnifique sens de l'orientation, elle demanda de l'aide songeant que son mari aurait très bien pu faire le déplacement lui même, ça lui aurait prit deux minutes avec la voiture alors qu'elle, elle allait devoir reprendre les transports en commun. Bref. Deux minutes plus tard, elle retournait près des ascenseurs pour redescendre; un gros carton plutôt lourd dans les mains. Elle du attendre au moins trois ou quatre ascenseurs avant de pouvoir rentrer dans l'un d'eux. Bin avec son carton et les ascenseurs pleins... Lorsque celui du milieu s'ouvrit, Leïa tenta de sourire aux quatre personnes présentes dans la cabine avant d'entrer, essayant de ne blesser personne. Elle les salua même d'un signe de tête en soufflant un 'bonjour'. Leïa était polie quoi ^^. Ca se faisait de dire bonjour comme ça ^^. Bref, les portes se refermèrent sur eux... *


_________________
Voir le profil de l'utilisateur

Sarah Taylor

avatar
    (( admin ))
    death is peaceful, easy. life's harder

    L'ascenseur amorça tranquillement sa descente. Aucun des passagers n'avait l'air particulièrement angoissé, ce qui soulagea la jeune femme. Elle se mit alors à penser à son entrevue avec la personne qu'elle venait de rencontrer. Un banquier, d'une grande firme mondiale. Quoi que ce ne soit plus guère une garantie intouchable en ces temps de crise. Sarah avait demandé à prendre un rendez-vous avec lui afin de s'émanciper totalement de ses parents, y compris financièrement. La jeune femme était en bonne voie pour obtenir son bachelor à la fin de l'année, et aurait besoin d'environ 50 000 dollars pour se payer les frais d'inscription dans les formations post-graduation qu'elle briguait. De ce fait, elle devait s'y prendre à l'avance. Etre aussi endettée lui faisait certes peur, mais c'était la seule solution si elle voulait éviter de faire l'escort girl.

    85e étage. Sarah fut aussitôt sortie de ses songes par une montée d'adrénaline. Elle leva brusquement la tête et compris. Sa hantise venait de pénétrer dans la cabine. Une claustrophobe, une vraie. La jeune femme lui rendit tout de même son sourire, histoire de ne pas la contrarier, puis tenta de se concentrer sur autre chose. Le plafond, par exemple.


    * Oh, quel joli plafond! La couleur est très bien choisie.. neutre, impersonnelle.. En plus c'est super pratique, si l'ascenseur se bloquait et que personne ne répondait à l'alarme, on aurait qu'à passer par là. Comme dans les films. Put*in, c'est carrément haut! Comment on ferait pour faire monter la vieille! Quelqu'un aurait à lui faire la courte échelle, genre le grand baraqué de derrière.. Je sais même pas si ça suffirait, elle fait probablement de l'arthrose ou quelque chose du genre. Il faudrait attendre les pompiers... Non, je reste pas enfermée là dedans plus de cinq minutes. Il faut que je sorte, sinon je vais... *

    Sarah coupa sèchement son flux de pensées. Elle était ridicule. Elle souffla et tenta de se calmer, en se remémorant les techniques de Lily. Elle parvint enfin à se rassurer, et partit en quête d'une occupation qui lui éviterait de penser. Tant qu'à faire, si elle pouvait également détourner l'attention de la claustrophobe en question, elle ferait d'une pierre deux coups. Elle se tourna donc vers la jeune fille.

    - Hey, j'adore ta robe!

    Une discussion de filles, rien de plus banal et décontractant. Excepté en période de soldes où tout le monde se bat pour avoir la dernière paire de bottes à - 65%, bien évidemment. Mais dans un ascenseur, on pouvait se permettre de négliger ce genre de risques. En plus, c'était vrai, sa robe était très sympa.


_________________

    Sarah T.
    One flight down
    There's a song on low
    And your mind just picked up on the sound
    Now you know you're wrong
    Because it drifts like smoke
    And it's been there playing all along
    Now you know
    Now you know.

Voir le profil de l'utilisateur http://breaking-free.forumactif.org/breaking-free-has-one-too-f4

Emerson G. Wallen

avatar
    (( admin ))
    death is peaceful, easy. life's harder

Emerson fit rapidement l'inventaire des personne présente. Une sexagénaire, affublé d'un horrible uniforme , elle avait un sac à main qui lui semblait vraiment très lourd. Il se demander si le mythe sur les briques dans les sacs de vieille s'avérer fondé.... Mais loin de lui l'envie de se mettre à dos une mémé. Qui sait, il pourrait peut être provoqué une crise cardiaque à cette pauvre vieille au visage sévère. Il ne voulait pas être celui qui tuera celle ci..

**Quoi que... La pauvre, elle tiens à peine sur ses jambes. Elle tremble. C'est peut être une bonne chose de lui prmettre de reposer en paix... Tu crois qu'elle a put être belle dans sa jeunesse?...Nahh regarde comme elle à l'air méchante..Une prof' je suis sur! **

Il tourna alors la tête, les portes venaient de s'ouvrir laissant apparaitre une magnifique rousse.Elle ne devait pas être très vieille. Elle avait un visage fatigué, comme si elle avait grandit plus vite que ce qu'elle aurait dut...Mais sa n'enlever rien à son charme. Son regard se posa quelques instant sur sa poitrine généreuse. Emerson se plut à contempler cela avant que la jeune fille ne prenne la parole. C'était pas commun que quelqu'un dise bonjour, a des étrangers dans un ascenceur. Il fit un signe de tête pour seule réponse.

**Si elle est aussi gentille que sa poitrine est grosse...C'est sur je l'épouse tout de suite... Ouais, bon, j'espère qu'elle est aussi perverse que moi..Humm..**

Puis il secoua légèrement la tête en posant son regard sur la dernière personne présente. Une jolie jeune fille encore, quelle chance! Elle semblait beaucoup moins coincé que la nouvelle venue, et beaucoup plus sympa que la pauvre femme dont la vie se terminera sans doute bientôt. Celle ci commença tout de même à stresser pour une raison inconnue, avant de flatter la rousse. Emerson roula des yeux, un sourire accroché aux lèvres.

**Ces filles, toutes les mêmes. A part les fringues et les garçons, elles pensent à rien..tu me diras, je pense bien qu'au fille... Nan, j'pense aussi à l'alcool et au sexe..Ouais! Je suis définitivement quelqu'un de bien! **

Voir le profil de l'utilisateur http://moydestiny.olympe-network.com/

Leia Wellmond

avatar
    (( admin ))
    death is peaceful, easy. life's harder

    * Leïa inspira alors que l'ascenseur redémarrait. Elle tenta avec tant de bien que de mal de poser son carton au sol tandis qu'elle essayait de se sortir de la tête qu'ils étaient dans un ascenseur. Bon ils n'étaient pas beaucoup, tant mieux, ça faisait plus d'espace à chacun ! Et puis que pourrait-il leur arriver ? L'immeuble était très fréquenté et plutôt bien entretenu. Un coup d'oeil sur les commandes d'étages de l'ascenseur lui suffit pour lire la petite étiquette qui assurait qu'un ouvrier d'entretien avait vérifié l'appareil au début de la semaine. Ca la soulagea un petit peu.

    La jeune fille remettait ses cheveux attachés dans son dos de sa main droite lorsque l'une des personnes présentes dans le petit espace clos lui adressa la parole. Sur sa robe. D'un geste machinal elle baissa son regard sur sa robe, même si elle la connaissait par coeur puisque c'était l'une de ses favorites. Elle tira un peu sur son gilet en répondant dans un petit sourire aimable. *


    - Oh merci beaucoup ! C'est... Morgan il me semble.

    * Elle n'aimait pas vraiment parler de l'endroit où elle achetait ses vêtements, parce qu'elle ne connaissait pas bien les marques, en réalité elle achetait ses vetements selon ses goûts et non selon les marques. Leïa regarda le jeune homme qui était dans la cabine avec eux. Il lui paraissait avoir un regard assez étrange, et ça lui fit un peu peur ^^. Elle avait tendance a etre un peu paranoïaque depuis qu'elle avait découvert que certaines personnes pouvaient avoir des dons... Elle se força à oublier cette pensée, sinon ça la ferait encore plus stresser. Mauvaise idée .*


_________________
Voir le profil de l'utilisateur

Sarah Taylor

avatar
    (( admin ))
    death is peaceful, easy. life's harder

    Sarah sourit poliment tout en hochant la tête. Cette amorce de conversation ne semblait pas avoir eu l'effet escompté, et son interlocutrice n'avait pas l'air plus détendue, à moins que ce soit son propre niveau d'anxiété qui soit en cause. Il lui arrivait en effet de confondre les sentiments des autres avec les siens, ce qui pouvait s'avérer très fâcheux sous certaines circonstances. Quoi qu'il en soit, elle ne trouvait rien d'autre à dire. Elle n'était pas très douée pour ce genre de discussions sans intérêt. Parler de la pluie et du beau temps, ce n'était pas son truc. Cela ne l'empêchait pas d'être agréable en société, mais dans ces contextes mondains, elle avait l'assurance d'une actrice qui joue un rôle sur scène. Ici, dans cet ascenseur, point de théâtralisation.

    La jeune femme termina le quart de tour qu'elle avait amorcé en discutant avec la jeune fille puis leva les yeux sur l'écran affichant le décompte des étages. Plus qu'une cinquantaine de niveaux et ils seraient enfin en bas. Dans quelques minutes, elle pourrait enfin prendre l'air. Elle jeta à nouveau des regards furtifs autour d'elle, afin de passer le temps. Soudain, son œil s'arrêta sur le jeune homme du fond de la cabine, qu'elle avait aperçu seulement superficiellement en entrant. Son visage lui disait quelque chose. Elle se mit à le fixer, avant de détourner le visage afin d'éviter d'avoir l'air d'une psychopathe.

    Elle reporta son attention sur la vieille panthère qui grognait seule dans son coin. La pauvre avait l'air d'avoir un manche à balai dans un endroit fort inconvenant. Un petit verre de bourbon ne lui ferait pas de mal. LE BARMAN! L'homme du fond était le barman du Woodlawn Tap.. Sarah s'étonna de ne pas l'avoir reconnu tout de suite, compte tenu le nombre de verres qu'il lui avait servi. Cependant, il était vrai que sous cet éclairage et dans cette tenue, son apparence permettait la confusion. La jeune femme hésita à le saluer, puis se retint. Il avait ses écouteurs sur les oreilles, et n'aurait pas entendu.

    Sarah remit son sac convenablement sur son épaule puis se redressa. L'ascenseur ralentit. Quelqu'un avait dû l'appeler. La jeune femme espéra qu'il ne s'agisse pas d'un nouveau claustrophobe. Elle pouvait en gérer une, mais elle risquerait de frôler la crise de nerfs si elle avait à canaliser les angoisses de deux personnes. La cabine accéléra soudainement. Elle avait évité le pire..



_________________

    Sarah T.
    One flight down
    There's a song on low
    And your mind just picked up on the sound
    Now you know you're wrong
    Because it drifts like smoke
    And it's been there playing all along
    Now you know
    Now you know.

Voir le profil de l'utilisateur http://breaking-free.forumactif.org/breaking-free-has-one-too-f4

Lock Down

avatar
    (( admin ))
    death is peaceful, easy. life's harder

    Après une subite accélération, l'éclairage de l'ascenseur se mit à grésiller et quelques secousses se firent ressentir. Soudain, la cabine s'arrêta brusquement. La lumière revint quelques secondes plus tard, mais l'ascenseur resta statique. Les passagers sont donc désormais tous bloqués au 43e étage.

    HJ: Micke t'es trop sadique d'habiller Emerson comme ça en plein hiver illinois! Il fait -10 degrés!

Voir le profil de l'utilisateur

Leia Wellmond

avatar
    (( admin ))
    death is peaceful, easy. life's harder

    { Mdrr . Excusezz j'étais persuadée que c'était à Micke de répondre ^^ }

    * Lorsque Leïa senti la cabine ralentir, son coeur se serra à nouveau. Elle n'aimait pas quand ça ralentissait, vraiment pas. Sauf lorsque c'était pour l'étage auquel elle descendait. Et là, visiblement ça n'était pas le cas du tout. Puis, la cabine accéléra à nouveau... Oui, mais un peu trop ! Ce fut un peu comme si les passagers étaient en chute libre pour quelques secondes. Le fait qu'il n'y ait plus de lumière additionné à la chute soudaine fit paniquer Leïa. Elle retint très très fort un cri mais elle se laissa tomber sur le sol assez violemment. Là elle ne put réprimer le mal qui la prit au niveau du bas du dos lorsqu'elle se cogna à son carton qui était au sol. Ceci s'exprima dans un "Aaaouch" plutôt bruyant.

    La cabine se stabilisa ensuite et la lumière revint. Mais Leïa resta au sol, se tenant le dos et tentant de respirer normalement. Elle avait le coeur qui battait à cent à l'heure et elle commençait à voir les murs de l'ascenseur bouger; comme s'ils se rapprochaient d'elle. Elle ferma alors les yeux, oubliant les quatre autres passagers de la cabine et cherchant à s'imaginer à la plage... Elle s'efforça de penser : *

      -    « Allez Leïa; tout va bien, respire. Il ne va rien se passer. Il ne faut pas que tu paniques... »


    * Elle n'arrivait toute fois pas à oublier les gens dans la cabine. Ils devaient être aussi paniqués qu'elle elle était certaine. Surtout la vieille dame. Leïa rouvrit les yeux et les leva pour regarder chacun des autres passagers de cet ascenseur. Elle pu voir dans leurs yeux, qu'en effet... Ils étaient bel et bien coincés. La panique qui avait pris la petite rousse resurgit encore un peu plus. C'était bien sa veine. Elle savait qu'elle n'aurait pas du se lever ce matin là ! *


_________________
Voir le profil de l'utilisateur

Sarah Taylor

avatar
    (( admin ))
    death is peaceful, easy. life's harder

    Sarah avait probablement parlé, ou plutôt pensé trop vite. L'accélération fut si intense que la jeune femme fut contrainte de se tenir à la paroi afin d'éviter de tomber. La vieille qui s'agrippait à la ceinture de son trench ne faisait qu'aggraver les choses. A peine quelques secondes plus tard, l'arrêt brutal de la cabine lui fit perdre l'équilibre, et elle tomba à terre, amortissant au passage la chute de sa charmante voisine d'ascenseur. Sarah mit plusieurs secondes à se remettre du choc. Paradoxalement, elle ne ressentait plus aucune émotion, excepté l'adrénaline. Même avec des pouvoirs, elle demeurait humaine. Et comme tout animal issu de la dure sélection naturelle, elle avait conservé un instinct de survie. Son cerveau la protégeait.

    La cabine était plongée dans le calme. Tous les passagers reprenaient leurs esprits. Cependant, personne n'était prêt à retourner dans le feu de l'action, ni à ouvrir la bouge pour en laisser sortir une parole. Afin d'être la plus efficace possible, la jeune femme savait qu'il fallait qu'elle rationalise toutes les informations qu'elle percevait. Elle jeta un œil au tableau de commande des étages. L'ascenseur avait une capacité de charge de 600 kilogrammes, ce qui était peu comparé à l'effectif qui l'empruntait tous les jours. La machinerie devait être abimée. A l'heure actuelle, ils étaient 6 dans la cabine. La vieille devait peser dans les 100 kilos, sac lesté compris, le barman dans les 80, la jeune fille devait être autour des 60, 70 avec ses documents. Dans le coin de l'ascenseur, il y avait un homme plutôt bedonnant dont le poids devait avoisiner les 120 kilos, et un autre, plutôt maigre, qui devait en faire 65 maximum. Bref, ils tenaient à peu près dans le quota. A moins que les câbles soient affaiblis.

    La jeune femme dégagea doucement la vieille qui était à moitié affalée sur elle puis se releva, époussetant son jean. Elle s'était légèrement foulé la cheville en tombant, et elle tenait tant bien que mal sur les talons de ses escarpins. Au fur et à mesure que la tension retombait, la globalité de ses émotions se réveillait doucement. De seconde en seconde, elles devenaient de plus en plus présentes et difficiles à gérer. Sarah prit une grande inspiration.


    Tout le monde va bien?
    Alors qu'elle parlait, la jeune femme s'approcha du cadran de contrôle des étages et appuya sur le bouton d'alarme, priant - même si elle ne croyait absolument pas en dieu - pour qu'une voix réponde. Le cas échéant, elle allait devoir trouver un moyen de gérer la panique. Panique qui ne viendrait pas uniquement de la jeune claustrophobe.


_________________

    Sarah T.
    One flight down
    There's a song on low
    And your mind just picked up on the sound
    Now you know you're wrong
    Because it drifts like smoke
    And it's been there playing all along
    Now you know
    Now you know.

Voir le profil de l'utilisateur http://breaking-free.forumactif.org/breaking-free-has-one-too-f4

Emerson G. Wallen

avatar
    (( admin ))
    death is peaceful, easy. life's harder

Emerson resté pensif. Accoté au dos de la cabine, il avait le crâne contre la paroi froide, les yeux fermer, il tenté de rester impassible à tout ce qu'il se passait. A cette vieille au parfum malodorant, où l'eau de Cologne se mêler au dernier Lulu Blue. Il sentait que s'il restait un peu trop longtemps à sa compagnie, il allait avoir un mal de tête impossible. Il n'imagina pourtant pas ce qui allait se passait quelques secondes plus tard. LA cabine s'emballa avant de s'arrêtait brusquement. Emerson avait coller ses mains à la paroi instinctivement.

Instinctivement aussi, il avait utiliser un de ses nombreux pouvoir, afin de pouvoir faire abstraction de l'attraction terrestre, il léviter à quelques milimetre du sol..C'est ainsi qu'il retomba sur le sol indemme, restant le seul debout, au milieu de ces filles/femmes. D'après le choc de la situation, personne n'avait dut le voir utiliser la lévitation, en revanche, il sentait la crainte de la jeune rousse augmenter. Et comme si cela ne suffisait pas, Sarah, -c'était son nom, l'ayant maintenant reconnut vu qu'elle lui faisait face, les fesses à terre- semblait elle aussi ressentir de la terreur...Mais ce n'était pas la sienne.

Croisant les bras, il s'approcha de la vieille, accroché à Sarah comme un poulpe à un rocher. Il la releva lentement, levant un regard qui se voulait protecteur sur ce visage horriblement fripé.


"Ca ira?... Rien de casser?"

Il se dirigea alors vers la rousse, qui venait de prendre conscience qu'ils étaient bel et bien bloquer dans un ascenseur. Lentement, il s'agenouilla vers elle, posant une main sur son menton, il la força à le regarder dans les yeux. Il s'efforcer de faire un sourire réconfortant, arquant un sourcil, il reprit la parole, de cette voix cajoleuse et pourtant rauque.

"Rien ne va vous arrivez. Les murs vont rester à leur place jusqu'à ce qu'un technicien arrive. Ils nous feront sortir, et vous pourrez rire de cette aventure.. Il n'y a pas de raison de paniquer."

Puis il tourna la tête vers Sarah, la dernière ici, dont l'empathie la rendez elle aussi terrifier, par une claustrophobie qui n'était surement pas la sienne. Il fronça les sourcils en effectuant un petit sourire, prenant un ton cette fois beaucoup plus mystérieux.

"Ne le laisse pas prendre le dessus.. Tu es celle qui le possède. Pas l'inverse."

Voir le profil de l'utilisateur http://moydestiny.olympe-network.com/

Leia Wellmond

avatar
    (( admin ))
    death is peaceful, easy. life's harder

    * Leïa s'était recroquevillée contre un coin de l'ascenseur. Il fallait qu'elle sente que la paroi ne bougeait pas; sinon elle le savait, elle verrait les murs se rapprocher d'elle dangereusement. Elle inspirait et expirait le plus calmement et silencieusement possible; les yeux fermés. C'est alors que la jeune fille qui lui avait adressé la parole un peu plus tôt rompit le silence qui s'était installé un court instant pour demander si tout le monde allait bien. La jeune rousse hocha la tête en gardant ses yeux clos. Tant pis si on avait pas vu qu'elle avait acquiescer. Elle aurait préféré disparaître. Mais malheureusement elle ne possédait pas un tel pouvoir.

    Cette pensée lui rappela l'incident qu'elle avait vécu dans un bar même pas quatre jours avant. Le barman avait littéralement fait bouger une bouteille sans la toucher. La miss n'avait pas comprit ce qu'il s'était passé; pourtant elle en était certaine, ce Nathan avait un pouvoir. Elle frissonna à cette pensée qui l'effrayait un peu. Heureusement qu'elle n'avait pas vu Emerson léviter sinon ça aurait été encore plus la panique.

    Les bras autour de ses jambes et le menton posé sur le haut de ses genoux, Leïa fut alors contrainte à lever les yeux. Le jeune homme du fond de la cabine tout à l'heure était agenouillé devant elle et la forçait à le regarder. D'un mouvement très lent, ses yeux décollèrent du sol de l'ascenseur pour monter jusqu'à ce qu'elle croise ceux d'Emerson. Le simple fait d'avoir rouvert ses yeux provoqua en elle une nouvelle vague de panique qui la fit se crisper. Ses mains serrèrent violemment ses jambes (( à elle tout ca ^^ )) et elle se balança légèrement d'avant en arrière.

    Toute fois elle ne pouvait pas détourner les yeux de ceux du demi dieu alors elle se contenta d'essayer de l'écouter. Elle entendait ce qu'il disait mais elle avait beaucoup de mal à le croire. Quand au fait d'en rire. Certainement pas. Ca la ferait sûrement pleurer par contre. S'entendre se faire vouvoyer était étrange, mais elle ne s'en faisait pas pour le moment trop occupée à gérer son stress. Elle écouta aussi vaguement le jeune homme dire quelque chose d'assez étrange à Sarah; mais elle n'avait pas l'esprit à comprendre, pas encore. Elle marmonna quelques paroles pour Emerson mais c'était vraiment faible. *


      - En rire.. Ca m'étonnerait.


    * Elle voulait essayer de se détendre en faisant de l'humour mais elle ne parvint qu'à faire une faible grimace en guise de sourire. Inutile de vous dire que ça ne marcha pas terrible... *


_________________
Voir le profil de l'utilisateur

Sarah Taylor

avatar
    (( admin ))
    death is peaceful, easy. life's harder

    La jeune femme fixa Emerson, stupéfaite. Il ne fallait pas avoir fait Harvard pour décrypter les paroles du jeune homme. Cela ne faisait pas l'ombre d'un doute, elle était démasquée. A défaut de l'avoir calmée, ces paroles avaient au moins eu le mérite de détourner son attention. Depuis quand était-il au courant? Et surtout, comment avait-il été au courant? Peut-être était-il télépathe.. Si cette conjecture s'avérait, ce serait le paroxysme de l'atrocité. Elle ne comptait pas les heures qu'elle avait passé au bar, devant un verre de vodka, à se remémorer les plus sordides détails de sa vie, à se débattre avec des pensées plus sombres et tordues les unes que les autres, à décortiquer les ingrédients de ses obsessions les plus intimes..

    *Un télépathe, il manquait plus que ça... Hey, tu m'entends? ... Merde, si il lit dans mes pensées, ça veut dire qu'il sait pour mon rêve érotique de la semaine dernière, et de la semaine d'avant, et.. Pff, de toute façon, j'ai déjà rêvé de toute ma liste de contacts Facebook masculins au mois une fois.. Génial, il va me prendre pour une débauchée maintenant! Monsieur le barman, je ne suis pas une salope! Les femmes sont cérébrales, c'est tout.. Arrête de penser Sarah, ou pense en allemand au moins...*

    La jeune femme souffla, puis appuya à nouveau sur le bouton d'alarme, regardant désespérément le haut parleur duquel aucun son ressemblant à la tonalité d'une voix ne daignait sortir. Dans la cabine, certains usagers commençaient réellement à paniquer. Sarah préférait ne pas leur prêter trop d'attention afin de se préserver, pour l'instant du moins. Si la situation devenait trop critique, il faudrait qu'elle trouve un moyen de les calmer, quitte à les assommer aux benzos. Non, pour l'heure, il fallait qu'elle pense de façon pragmatique et efficace. Ces imbéciles de techniciens écervelés ne répondaient pas parce qu'ils étaient probablement en pause clope ou en train de mâter un porno? Très bien. Elle n'avait qu'à passer à l'étape suivante.

    J'appelle le 911.

    Sarah dégaina son portable dernier cri de son sac et commença à composer le numéro lorsqu'elle remarqua qu'elle ne captait pas et qu'il lui serait donc impossible de passer le moindre appel. C'était la meilleure. Peut-être qu'un des passagers, sous contrat avec un autre opérateur, aurait plus de chance. Elle lança un regard désolé à ses camarades d'infortune, semblable à celui de la chasseuse qui rentre à la hutte bredouille.

    Pas de réseau.
    La jeune femme leva la tête et commença à réfléchir, toujours dans le but d'occuper son esprit. Si son hypothèse précédente s'avérait et que les installations étaient bel et bien endommagés, ils auraient peut-être à trouver un moyen de sortir tout seuls. Or, elle ne se voyait pas en train de jouer à Tarzan et Jane sur les câbles, surtout avec l'autre ménagère en surcharge pondérale et aux articulations loin d'être fonctionnelles. Elle était coincée, et elle risquait de finir comme une putain de crêpe, 43 putain d'étages plus bas. Oui, Sarah devenait carrément vulgaire quand elle paniquait. Il fallait qu'elle trouve un moyen de se calmer, et vite. Elle plongea sa main dans son sac à la recherche de la plaquette de Lorazepam qu'elle avait "emprunté" à sa mère le mois dernier, lors de l'enterrement de son oncle et qu'elle conservait depuis sur elle, en cas d'urgence. Elle hésita avant de la sortir, puis se rétracta. Elle s'en sortirait mieux avec les idées claires.


_________________

    Sarah T.
    One flight down
    There's a song on low
    And your mind just picked up on the sound
    Now you know you're wrong
    Because it drifts like smoke
    And it's been there playing all along
    Now you know
    Now you know.

Voir le profil de l'utilisateur http://breaking-free.forumactif.org/breaking-free-has-one-too-f4

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum